Veille actu et médias filière musicale du 22 décembre 2011

AYANTS DROIT – HADOPI

Rémunération de la création, « l’étude que l’on a voulue assassiner » révélée sur Electronlibre. Le rapport Mazars remis au ministère de la Culture pour réfléchir à la juste rémunération des créateurs s’est attiré principalement la foudre des producteurs de cinéma. En effet il prend position pour la gestion collective des droits sur le Net, comme avant lui le rapport « Création et Internet ». Par souci d’apaiser le débat, le ministère de la Culture auditionnera les professionnels d’ici la fin mars, mais laisse le soin « à la prochaine équipe » d’en tirer les conclusions.

La rémunération pour copie privée préservée par la nouvelle loi. LePoint.fr rapporte que le « système, menacé de caducité au 22 décembre, a été amendé conformément aux décisions des justices française et européenne ». Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication a déclaré « qu’au-delà, une réflexion plus globale est engagée au sein de mon ministère sur les incidences des évolutions technologiques sur le mécanisme de copie privée – je pense notamment au cloud computing ». Propos rapportés sur Lemonde.fr.

Le domaine public des œuvres, explicité sur Virginieberger.com. « L’expression “domaine public” recouvre souvent plusieurs situations juridiques sensiblement différentes…Le domaine public n’est pas la même chose que ce qui n’ a pas été protégé. Tout comme il y a domaine public et droits voisins par exemple, et cela vient d’ailleurs tout juste d’être modifié… »

CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE

Propositions du comité de campagne de Hollande à valider par le candidat, révélées sur Electronlibre. Tout d’abord abroger Hadopi et confier toutes les prérogatives de surveillances et d’observations du marché numérique au futur CNM. Ensuite généraliser la gestion collective des droits à l’ensemble du marché numérique des contenus et étendre la rémunération pour copie privée sur tous les échanges hors marché. Sur ce dernier point, la gauche rejoint le travail législatif entamé par le gouvernement actuel. Numerama précise aujourd’hui que François Hollande « devrait proposer pendant la campagne électorale d’abroger l’Hadopi et d’autoriser les échanges « hors-marchand » ». Concrètement, la circulation des oeuvres hors des plateformes commerciales serait autorisée, contre le paiement par les internautes d’une rémunération forfaitaire dont le montant est encore inconnu. » Guillaume Champeau le journaliste auteur de l’article prévoit que « Si cette voie est suivie par François Hollande, ce qui lui demandera de résister face aux pressions notamment des plateformes commerciales qui y verront une forme de concurrence déloyale, il faudra sans doute des années de négociation avant d’aboutir à sa concrétisation. » En revanche la contribution de quelques euros payée par les étudiants afin de régulariser les échanges pirates évoquée par Aurélie Filippetti parait abandonnée.

ÉCO NUMÉRIQUE

Dix-huit projets de numérisation financés par le ministère de la Culture. Lexpansion.com publie les heureux sélectionnés suite à appel lancé au printemps dans le cadre des « investissements d’avenir » du Grand emprunt, pour une enveloppe de 32 millions d’euros. Parmi les projets retenus, une plate-forme « innovante » de vidéo à la demande par AlloCiné, une plate-forme d’enrichissement de livre numérique par un consortium mené par Jouve une société de numérisation. « Les sociétés vont bénéficier de subventions et/ou avances remboursables entre 500 000 euros et 7 millions d’euros » a appris L’Expansion de source gouvernementale. Un deuxième appel est en cours doté de 40 millions d’euros, résultats en avril 2012.

Le cloud en France. Les serveurs « dans les nuages », permettant le stockage des données sont un enjeu pour la société du numérique à venir. Developpez.com raconte la création consortium Nu@ge « supporté par les pouvoirs publics » ayant pour volonté de « créer le cloud computing de demain : ouvert à des composantes matérielles et logicielles externes, réparti sur un maillage régional français et hébergé dans des datacenters écologiques, et faiblement consommateurs d’énergie ».

FILIÈRE MUSICALE

Les services d’écoute de musique sur Internet nuiraient à l’achat de musique. Constat d’une étude qui a analysé les comportements des consommateurs et répercutée sur le site de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ). Par ailleurs, la radio traditionnelle reste numéro 1 des sources de découverte musicale. Trois sur quatre de ces auditeurs révèlent qu’ils seraient davantage incités à l’achat si plus d’informations étaient fournies sur les titres entendus.

Un Facebook spécialisé pour les musiciens 3 fois plus appréciable. www.tonychapelle.com publie ainsi « les résultats d’une enquête menée par ReverbNation et Digital Music News, auprès des musiciens et de leur utilisation des réseaux sociaux. Il en résulte qu’un like Facebook aurait pour eux 3 fois plus de valeur que tout autre connection sociale avec leur fans. »

Cherbourg, fermeture de l’Épicentre, salle dédiée musiques actuelles. La liquidation de l’association Aragamuzi-k signe la fin d’activité pour la salle de l’Épicentre qu’elle gérait. En cause d’après le directeur Johann Schulz interviewé dans Lascene.com , « la baisse des financements de nos trois emplois tremplin, alors que nos recettes propres étaient de 45%», reconnaît Johann Schulz, directeur ». La Ville a commandité une étude sur un nouveau projet.

HIGH TECH

Un logiciel pour prédire les tubes présenté par Sciencesetavenir.fr. Des chercheurs britanniques ont mis en équation les critères des tubes avérés. « Quelques erreurs, mais une moyenne de prédiction honorable par rapport aux tentatives faites jusqu’ici ».